Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

accès rapides, services personnalisés
Rechercher
ISTeP - UMR 7193
Institut des Sciences de la Terre de Paris

Séminaire ISTeP - Galen Halverson

(McGill)

A Continental Flood Basalt Driver for Neoproterozoic Oxygenation and Snowball Glaciation?

Un grand nombre de nouveaux âges radiométriques confirment la concomitance du début et de la fin de deux glaciations globales au cours de l'Ère Néoprotérozoique (1000-541 millions d'années). Ces données supportent l'hypothèse de la "Snowball Earth", qui propose qu'à une certaine période la Terre fût entièrement recouverte de glace pendant plusieurs millions d'années, puis brusquement dégelée par d'importants évènements d'effet de serre cataclysmiques mais transitoires. Ces nouvelles données géochronologiques marquent à quel point la perturbation climatique a dû être spectaculaire pour ainsi déclencher une élévation incontrôlable de l'effet d'albédo à la surface des glaces qui a ensuite conduit à une glaciation globale. Je vais apporter la preuve géochimique qui soutient les hypothèses de "Fire and Ice" pour la glaciation du Sturtien, la plus vieille des glaciations Cryogéniennes. Des nouvelles données suggèrent que, lors de la fragmentation du super continent à de basse latitude, une érosion rapide de coulée basaltique continentale particulièrement étendue était responsable de l'initiation d'une "Snowball Earth", grâces à une combinaison de l'altération accrue de silicate et de l'augmentation de la production primaire dans les océans en raison de flux de phosphore élevé. Suivant le même raisonnement, l'érosion des coulées basaltiques continentales joue probablement un rôle direct dans les valeurs élevés des ratios des isotopes du carbone dans les océans, caractéristique de la majeure partie du Néoprotérozoique, et dans la régulation de l'oxygénation des environnements de surface.

11/03/2016 à 12h30, Salle Fourcade (Tour 55-56, 4ème étage)

 

 

21/07/16

Traductions :

    A voir

     

     

    Chiffres clés

    L'ISTeP comprend 141 membres dont :

    • 15 professeurs
    • 25 maîtres de conférences
    • 2 directeurs de recherche
    • 4 chargés de recherche
    • 10 ATER et post-docs
    • 42 doctorants
    • 24 ITA-IATOS
    • 19 collaborateurs bénévoles (dont 10 émérites)