Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

accès rapides, services personnalisés
Rechercher
ISTeP - UMR 7193
Institut des Sciences de la Terre de Paris

Séminaire ISTeP - Alexis Nutz

(Univ. Aarhus, Danemark)

Evolution tectono-sédimentaire d’un bassin de rift continental : exemple du North Lake basin, Dépression du Turkana, EARS, Kenya

Les bassins de rift continentaux ont connu un intérêt très fort au cours des années 90 par l’intermédiaire de plusieurs campagnes d’imagerie géophysique (Amoco; PROBE) effectuées au sein du rift est-africain. Les avancées ont été majeures en termes de localisation des depocentres, localisations des zones de transfert mais aussi en termes de visualisation des géométries de grabens et demi-grabens. Néanmoins, les modes de sédimentation sont restés bien moins documentés en raison (1) du fait d’un outil mal adapté pour la sédimentologie et (2) de la faible occurrence d’affleurements permettant des études détaillées 2D ou 3D en sédimentologie et stratigraphie séquentielle. Cependant, depuis les années 2010, les nouvelles découvertes d’hydrocarbure au sein de ces bassins (e.g. lac Albert, dépression du Turkana) ont soulevé un nouveau fort regain d’intérêt par des approches combinant alors tectonique et sédimentation.

Par l’intermédiaire du projet RiLakS (Rift Lake Sedimentology; collaboration CNRS-Total), une approche de terrain a permis d’appréhender l’évolution tectono-sédimentaire continue d’un bassin de rift continental, le North Lake Basin (Dépression du Turkana, EARS), depuis sa création jusqu’à la configuration actuelle. Trois 3 étapes successives ont été identifiées dans l’histoire du bassin. Ces trois étapes sont (i) la création puis l’évolution entre 28 et 15 Ma de micro-bassins kilométriques aujourd’hui reliques sur l’épaule du rift actuel, (ii) la mise en place à partir de 15/10 Ma d’un large demi-graben (120 km de long, 70 km de large), (iii) la segmentation vers 0.7 Ma de ce demi-graden et la migration du depocentre. Au cours de cette présentation, l’évolution complète du bassin sera présentée. La sédimentation associée aux deux premières phases de l’évolution du bassin sera détaillée. Nous discuterons ensuite quels sont les paramètres qui contrôlent les modes de sédimentation et quelles expressions sédimentaires en résultent. Enfin, nous convergerons vers la nécessité d’élaborer de nouveaux modèles de dépôt pour l’évolution sédimentaire de ces systèmes géologiques.

06/01/2017 à 12h30, Salle Fourcade

08/12/16

Traductions :

    A voir

     

     

    Chiffres clés

    L'ISTeP comprend 141 membres dont :

    • 15 professeurs
    • 25 maîtres de conférences
    • 2 directeurs de recherche
    • 4 chargés de recherche
    • 10 ATER et post-docs
    • 42 doctorants
    • 24 ITA-IATOS
    • 19 collaborateurs bénévoles (dont 10 émérites)