Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

accès rapides, services personnalisés
Rechercher
ISTeP - UMR 7193
Institut des Sciences de la Terre de Paris

Séminaire ISTeP - Marianne Conin

(Univ. Lorraine)

Thrilling advances in the understanding the up-dip limit of subduction zones and the associated risks of tsunami and earthquakes through scientific drillings.

En 2000 le programme de forages océaniques profonds IODP décidait de focaliser une partie de ses efforts sur l’étude des zones de subduction, notamment sur la compréhension du fonctionnement de la partie peu profonde de la zone de nucléation des séismes (appelée « zone sismogène), et de sa transition avec la zone asismique au front de la zone de subduction. Un consensus était trouvé sur l’étude de la subduction de Nankai, au large du Japon, qui présentait l’avantage d’avoir un cycle sismique relativement court et régulier, des preuves d’occurrence de tsunami et enfin et surtout une zone sismogène potentiellement atteignable avec les techniques actuelles de forage océanique. Un formidable laboratoire comprenant forages, sismique, et observatoires, a donc été créé sur ce site, complété ensuite par l’étude des zones de subduction de Sumatra, du Costa Rica, du Nord Japon et prochainement de la Nouvelle Zélande, chacune de ces zones présentant des caractéristiques nouvelles permettant de se faire une image plus précise et plus globale du comportement des parties peu profondes (de 0 à 10 km) des différentes zones de subduction dans le monde. Cette conférence a pour but de présenter quelques-unes des avancées majeures obtenues après ces 19 ans d’efforts. Ces avancées ont notamment profondément modifié nos connaissances sur le fonctionnement et les propriétés mécaniques des failles avant, pendant et après un glissement co-sismique, sur le rôle des fluides dans le comportement de ces failles, sur la déformation de l’avant marge au cours du cycle sismique et l’accommodation du mouvement de convergence. Elles ont également permis de développer de nombreux outils de caractérisation des roches, des conditions P et T et des déformations in-situ, ouvrant ainsi la voie à un monitoring des zones de subduction, et à l’acquisition d’une quantité substantielle de nouvelles données pour répondre aux nouvelles questions qui ont émergées de ce travail.

29/05/2019, Salle Fourcade (Tour 56/55, 4ème étage) à 12h30

28/05/19

Traductions :

    Appartenant à

    20/09/18

    Chiffres clés

    L'ISTeP comprend 129 membres dont :

    • 12 professeurs
    • 23 maîtres de conférences
    • 2 directeurs de recherche
    • 4 chargés de recherche
    • 15 ATER et post-docs
    • 34 doctorants
    • 25 ITA-IATOS
    • 14 collaborateurs bénévoles (dont 7 émérites)