Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

accès rapides, services personnalisés
Rechercher
ISTeP - UMR 7193
Institut des Sciences de la Terre de Paris

Séminaire ISTeP - Hugues Raimbourg

(Univ. Orléans)

Déformation et fluides dans les zones de subduction : l’exemple du prisme d’accrétion de Shimanto, Japon

L’instrumentation géophysique déployée dans les zones de subduction a permis de mettre en lumière la très grande diversité des modes de déformation régissant l’interface des plaques, soulignant en parallèle notre manque de compréhension des mécanismes physiques sous-jacents. Une approche complémentaire de ces zones et de leur déformation consiste en l’analyse de domaines de subduction fossiles, tels que le prisme d’accrétion Shimanto au Japon. Mon travail s’est concentré sur les structures de déformation du prisme d’accrétion, de l’échelle de la lame mince à celle de l’empilement d’écailles tectoniques. A partir de différentes zones concentrant la déformation et interprétées comme des interfaces fossiles de subduction, issues de domaines de profondeur compatibles avec la génération de séismes, je développerai un ensemble d’observations pour tenter de déterminer (i) ce qui constitue l’interface des plaques (au sens cinématique, cad le domaine qui accommode le déplacement relatif entre les plaques) et (ii) les mécanismes de déformation qui y sont à l’œuvre. En parallèle, parce que les fluides sont souvent présentés comme un facteur majeur de la déformation, je présenterai un modèle de circulation de fluides le long de l’interface des plaques, fondé sur l’enregistrement par les veines syn-cinématiques de ces circulations profondes. Cette étude des veines met notamment en évidence la présence de deux compartiments hydrologiques distincts en fonction de la profondeur.

15/03/2019, Salle Fourcade à 12h30

11/03/19

Traductions :

    Appartenant à

    20/09/18

    Chiffres clés

    L'ISTeP comprend 129 membres dont :

    • 12 professeurs
    • 23 maîtres de conférences
    • 2 directeurs de recherche
    • 4 chargés de recherche
    • 15 ATER et post-docs
    • 34 doctorants
    • 25 ITA-IATOS
    • 14 collaborateurs bénévoles (dont 7 émérites)