Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

accès rapides, services personnalisés
Rechercher
ISTeP - UMR 7193
Institut des Sciences de la Terre de Paris

Lithosphère, structure et déformation - LSD

Rhéologie et comportement mécanique de la lithosphère.

 

  1. PRÉSENTATION
  2. THÈMES DE RECHERCHE
    1. Les lithosphères en convergence : Subduction/obduction/collision
    2. Les lithosphères en extension : marges continentales, exhumation du manteau, réactivations
    3. Décrochements
    4. Interactions Manteau-Lithosphère (IML)
  3. MEMBRES
    1. Responsable d'équipe 
    2. Chercheurs et enseignant-chercheurs permanents
    3. Ingénieurs de recherche associés aux projets de recherche
    4. Émérites et collaborateurs bénévoles
    5. Ater et post-docs
    6. Doctorants

PRÉSENTATION

Mieux contraindre la rhéologie lithosphérique en travaillant sur des objets naturels à différentes échelles et dans des contextes géodynamiques variés.



Les enjeux modernes de la tectonique concernent les relations entre déformation de la lithosphère et dynamique du manteau.

L’équipe Lithosphère-Structure-Déformation est engagée dans cette voie en développant une démarche combinant travaux de terrain (analyse de la déformation et relation avec le métamorphisme, le plutonisme et les bassins sédimentaires), des données géophysiques nouvelles (en particulier, sismique réflexion, réfraction, et tomographie de la lithosphère) et la modélisation thermo-mécanique (numérique). La mécanique de la lithosphère et, plus particulièrement, le comportement rhéologique des roches et des litages qu’elles constituent à l’échelle de la lithosphère, demeure au cœur de nos préoccupations. Elle est le lien indispensable entre l’analyse des données géologiques, géophysiques et la modélisation des processus.

Notre démarche s’effectue dans le cadre de projets nationaux (ANR, Actions Marges, INSU) et internationaux (ERC, ITN, NSF) et également de collaborations public-privé.

THÈMES DE RECHERCHE

Les contextes d’études sont variés :

Les lithosphères en convergence : Subduction/obduction/collision

Les processus physico-chimiques et couplages dans les zones de subduction , l’obduction comme un phénomène géodynamique singulier ? Collision continentale, exhumation et évolution de la largeur d’une chaîne. Collision continentale et modifications rhéologiques de la croûte.

Les lithosphères en extension : marges continentales, exhumation du manteau, réactivations

Aux questions encore non résolues liées au fonctionnement des rifts, marges et dorsales (e.g. importance de la stratification rhéologique, héritage structural et structure thermique, rôle de la circulation des fluides), s’ajoute aujourd’hui celle de la dynamique du passage de l’extension continentale à l’accrétion océanique.
La genèse et le devenir des marges continentales peuvent être également abordés en comparant des stades plus ou moins avancés dans la formation et la déformation des bassins océaniques.

Décrochements

Comprendre la géométrie, la localisation et l’évolution spatiale et temporelle des frontières de plaques en fonction des conditions aux limites (cinématique des plaques) et de la rhéologie de la lithosphère (continentale ou océanique). 

Interactions Manteau-Lithosphère (IML)

(1) mise en place de panaches mantelliques ; 
(2) déstabilisations gravitaires des cratons et des frontières intracontinentales, durant la formation et l’évolution des marges passives comme en contexte de subduction et collision intracontinentale ;
(3) Interaction entre la déformation tectonique (e.g. flambage, flexure) et les IML/IPL. Nos études 2D ont déjà montrés que les IML, peuvent par exemple, expliquer l’absence apparente de la topographie dynamique dans les zones présumées d’IPL ou, dans certains cas, la formation polyphasée et périodique des bassins sédimentaires et de rifts, événements magmatiques y compris.

Les approches

Pour le transfert d’échelle, différentes approches sont nécessaires et seront mises en œuvre. Ces différents outils constituent le point fort de notre équipe : sa pluridisciplinarité, le lien Terre-Mer et la modélisation. Terrain, pétro-géochimique, Géophysique – Imagerie et modélisation.

Chantiers : Oman, Iran, Golfe d’Aden-Afar, Alpes, Océan Indien, Nouvelle Calédonie, Tanzanie

Chantiers communs : Alboran, Haïti, Arctique

MEMBRES

Responsable d'équipe 

Claudio ROSENBERG (Professeur)

Chercheurs et enseignant-chercheurs permanents


Ingénieurs de recherche associés aux projets de recherche

Émérites et collaborateurs bénévoles

Ater et post-docs

Doctorants

16/02/17

Traductions :

    Chiffres clés

    L'ISTeP comprend 155 membres dont :

    • 16 professeurs (dont 2 associés)
    • 28 maîtres de conférences
    • 2 directeurs de recherche
    • 4 chargés de recherche
    • 13 ATER et post-docs
    • 50 doctorants
    • 24 ITA-IATOS
    • 18 collaborateurs bénévoles (dont 9 émérites)