Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

accès rapides, services personnalisés
Rechercher
ISTeP - UMR 7193
Institut des Sciences de la Terre de Paris

Mesure de susceptibilité magnétique

La susceptibilité magnétique (SM), qui traduit la capacité de tout corps à acquérir une aimantation induite sous l’effet d’un champ magnétique, est essentiellement analysée à l'ISTeP par des membres de l'équipe "Evolution et Modélisation des Bassins Sédimentaires" dans le cadre de travaux cyclostratigraphiques. La SM est devenu un outil classique et performant pour de telles études, étant donné principalement sa rapidité de mesure aussi bien au laboratoire sur des échantillons, que sur le terrain ou en forage.

Dans une roche sédimentaire la SM traduite essentiellement les proportions de carbonates (diamagnétiques), d'argiles (paramagnétiques) et d'oxydes magnétiques (ferro- et ferrimagnétiques). C'est donc un marqueur du rapport détritisme /production carbonatée et donc un proxy sous influence climatique. Cette qualité en fait un marqueur privilégié pour analyser les variations paléoclimatiques sous la dépendance des paramètres de l'orbite terrestre. Les variations de SM dans une série sédimentaire cyclique reflètent ainsi ces variations paléoclimatique, traces des cyclicités orbitales.

L'ISTeP possède pour mesurer la SM : (1) un appareillage de laboratoire (MFK-1A, Agico) pour mesurer des échantillons, (2) un appareillage MS2 (Bartington) avec une sonde MS2E pour mesure sur surface de carotte de forage et une sonde MS2K pour le terrain, et (3) une sonde de terrain SM-20 (ASC Scientific).


Exemple d’une série d’alternances marnes-calcaires du Kimméridgien du Bassin du Sud-Est de la France où les variations de SM permettent de quantifier finement l’enregistrement des cycles orbitaux. Les cycles de précession, représentés par les alternances lithologiques, sont clairement identifiés, mais aussi et surtout, les variations d’intensité de la SM dans les interbancs marneux traduisent la modulation de ces cycles de précession par l’excentricité à 100 ka (Boulila et al., Sedimentary Geology, 2008).


Mesure de la susceptibilité magnétique sur le terrain dans une série d’alternances marnes-calcaires du Jurassique inférieur des Alpes à l’aide d’une sonde SM-20 (ASC Scientific).


Mesure de la susceptibilité magnétique à l’aide d’une sonde MS2E-1 ("Bartington") sur carotte de forage (forage de l’Oxfordien du site Andra de Bure).

 

25/02/16

Traductions :

    Chiffres clés

    L'ISTeP comprend 155 membres dont :

    • 16 professeurs (dont 2 associés)
    • 28 maîtres de conférences
    • 2 directeurs de recherche
    • 4 chargés de recherche
    • 13 ATER et post-docs
    • 50 doctorants
    • 24 ITA-IATOS
    • 18 collaborateurs bénévoles (dont 9 émérites)